Vous êtes ici

1er mai

À quelques jours du scrutin électoral du 26 mai, la FGTB wallonne célèbrera la fête du Travail dans toutes ses Régionales. Le discours syndical sera évidemment politique et radicalement ancré à gauche.

Dans un contexte où la FGTB est la seule organisation syndicale à avoir refusé le projet d’Accord interprofessionnel, où le droit de grève est sérieusement remis en cause par les gouvernements wallon et fédéral, où la contestation sociale a occupé l’agenda 2018 et continue de s’organiser en 2019, les enjeux sont primordiaux pour le monde du travail.

Ce 1er mai sera l’occasion de réaffirmer nos priorités dans les matières sociales, économiques et écologiques. Des priorités qui mobiliseront des milliers de personnes à Wavre et à Liège le 14 mai prochain. Le pouvoir d’achat ne doit pas être un argument électoral mais se traduire en résultats concrets : un salaire minimum à 14€ brut de l’heure, une pension légale de minimum 1.500 € net/mois et aucune allocation sociale sous le seuil de pauvreté.

Ces changements concrets, nous savons qu’ils ne viendront jamais d’une coalition suédoise ou de son clone au niveau wallon. Les sondages, avec toute la prudence requise, nous permettent de penser que la Wallonie pourrait voir naître une coalition progressiste solide au lendemain du scrutin. Si tel était le cas, nous pensons qu’il ne faudrait pas tergiverser.

Demain, le Secrétaire général de la FGTB wallonne, Thierry Bodson répondra présent à plusieurs invitations. Il prendra la parole lors de trois événements :

  • 1er mai hennuyer du PS, à Louvexpo, dès 9h45 en ouverture de séance.
  • 1er mai syndical à Namur, rue de l’Armée Grouchy (bâtiments de la CGSP), à 11h15.
  • 1er mai de la fédération du Ps de Dinant-Philippeville, à Couvin, à 14h30.