Vous êtes ici

Action Pensions

Le front commun syndical se rassemblera ce lundi 28 novembre à 11h00 devant le Palais d’Egmont à Bruxelles contre le démantèlement des périodes assimilées.
Une nouvelle attaque contre les (pré)pensionnés et les sans emploi est inacceptable !

Une période assimilée, c’est quoi ?

Certaines périodes d’inactivité (maladie, chômage involontaire, prépension, crédit-temps…) peuvent être assimilées à des périodes d’occupation et ainsi entrer en ligne de compte dans le calcul de la pension. C’est un rempart contre la pauvreté au moment de la pension, basé sur le principe qu’il s’agit de périodes d’inactivité indépendantes de la volonté du travailleur.

L’objectif est donc d’éviter une double peine en faisant en sorte que le montant de la pension ne soient pas influencé à la baisse par la période d’inactivité (et la baisse de revenus qu’elle a entraîné).

Que veut faire le ministre des Pensions ?

Limiter à un an sur l’ensemble de la carrière le nombre de jours assimilés sur base du dernier salaire perçu en cas de période de chômage ou de prépension. Au delà de cette période de 12 mois, on ne prendrait plus en considération en considération qu'un salaire minimum fictif pour le calcul de la pension.

Conséquence ? Une pension moins élevée pour des centaines de milliers de travailleurs qui auront eu le malheur de connaître quelques périodes de chômage au long de leur carrière.

Cette mesure entraînerait une diminution de 78 € par mois pour une personne avec un salaire moyen qui part en prépension à l’âge de 60 ans. Pour rappel,
le montant de la pension légale en Belgique est déjà l'un des plus bas d’Europe !

Des jeunes non admis et exclus du chômage, des travailleurs précarisés et flexibles, des pensionnés appauvris…

Voilà le modèle de société que le gouvernement de Charles Michel nous prépare !

 

RV ce lundi 28 novembre, dès 11h, devant le Palais d'Egmont à Bruxelles.