Vous êtes ici

Allocations d'insertion pour les + de 25 ans : la FGTB remporte une victoire

Une récente décision de justice a donné raison à la FGTB Liège-Huy-Waremme et remis en cause l’abaissement de l’âge pour demander des allocations d’insertion de 30 à 25 ans.

Grâce à la FGTB, des milliers de jeunes pourraient récupérer un droit aux allocations d’insertion.

Si tu as terminé tes études entre 2015 et cette année, même si tu as plus de 25 ans, contacte la FGTB pour t’informer sur ta situation et, éventuellement, introduire une demande pour tenter d’obtenir des allocations.

Une mesure injuste…

Fin 2014, le gouvernement de Charles Michel avait abaissé de 30 à 25 ans l'âge maximal auquel les jeunes pouvaient introduire une demande d’allocation d’insertion. Concrètement, le stage d’insertion durant un an, tout jeune qui terminait ses études après 24 ans ne pouvait plus accéder à ces allocations.

En résumé, pas de droit à l’erreur dans les études, pas d’année supplémentaire pour une spécialisation, une réorientation ou un séjour linguistique à l’étranger…. Sinon, pas d’allocations d’insertion ! Des milliers de jeunes se sont ainsi retrouvés sans revenu, dépendant de leur famille pour les plus chanceux, du CPAS pour les autres.
L’effet pervers que nous dénoncions à l’époque s’est malheureusement vérifié : seuls ceux ayant les moyens financiers nécessaires peuvent mener leurs études sans contraintes et accéder aux plus hauts diplômes.

… et injustifiée !

Au nom des « économies budgétaires » et de la « mise à l’emploi », ce sont des milliers de jeunes qui n’ont plus de protection sociale et disparaissent des radars, privés de statut et d’accompagnement. En Wallonie, chaque année, près de 9.000 jeunes ne remplissent plus les conditions à cause de leur âge. Toutes ces non-admissions ont permis au gouvernement Michel de se vanter d’une baisse du chômage… sans préciser que, de son côté, le nombre de jeunes bénéficiaires du CPAS a explosé !

Victoire de la FGTB

En mars dernier, la Cour du Travail a donc donné raison à la FGTB Liège-Huy-Waremme en jugeant la mesure inconstitutionnelle et violatrice des droits fondamentaux. En effet, la Constitution belge, dans son article 23, consacre le droit à la Sécurité Sociale et interdit aux autorités de diminuer significativement le niveau de protection déjà accordé, sauf motif d’intérêt général. C’est ce qu’on appelle l’obligation de « standstill ».

La Cour a entre autres jugé que la mesure infligeait aux jeunes un recul particulièrement cinglant et complètement disproportionné, puisque de nature à freiner les jeunes dans leur volonté de poursuivre leurs études.

Et maintenant ?

Cette décision pourrait faire jurisprudence et concerner des milliers de personnes. La FGTB invite tous les jeunes qui ont terminé leurs études (depuis 2015 jusqu’à aujourd’hui), même s’ils ont entre 25 ans et 30 ans, à contacter la personne en charge de ce dossier dans leur Régionale FGTB (voir ci-dessous). Celle-ci les aidera à évaluer leur situation et, le cas échéant, à introduire une demande pour tenter d’obtenir des allocations d’insertion.