Vous êtes ici

Asile pour Issiaka !

La FGTB Liège-Huy-Waremme, le Monde des Possibles et le CRACPE expriment leur indignation face à l’arrestation d’Issakia Kere, jeune militant syndical très impliqué dans la vie culturelle et associative liégeoise. 

Son seul délit ?

Ne pas encore avoir obtenu de protection internationale...

Le bureau de la FGTB wallonne, réuni ce jeudi 5 juillet, a également marqué sa solidarité avec Issiaka et, avec la FGTB liégeoise, exigé sa libération.

Signez la pétition pour demander sa libération et partagez la mobilisation !

Ce vendredi 13 juillet, rendez-vous devant l’office des étrangers entre 11h15 et 12h15 pour y remettre les signatures de soutien.

Départs depuis Liège :

  • en car à 10h précises devant le Pôle Image, rue de Mulhouse, 36 à 4020 Liège. Inscription via ce lien.
  • en train gare des Guillemins, RDV à 9h30

Contacts

  • Rosario Marmol-Perez : 0487/206.286
  • Pauline Mallet : 04/232.02.92

     

           

Communiqué conjoint FGTB LiègeMonde des PossiblesCRACPE :

Issiaka n’a que 18 ans et est orphelin dans son pays d’origine, la Côte d’Ivoire. Il est arrivé en Belgique fin 2016 et a introduit sa demande d’asile en tant que mineur. Toutes ses attaches relationnelles sont ici en Belgique, il est membre actif de l'association Le Monde des Possibles depuis 10 mois.
Issiaka est en cours de formation de haut niveau dédiée à la programmation d'application.  Ceci démontre son souhait de s'intégrer sur le marché du travail.

Il s’est fait arrêter par des policiers en civil ce vendredi 29 juin à 21h30 devant l’abri de nuit, rue sur-la-fontaine à Liège, où il était hébergé le temps de sa formation de 8 mois.
Son seul délit : ne pas avoir encore obtenu de protection internationale.  Sa vie se construit aujourd’hui en Belgique.

Nous dénonçons la Convention de Dublin et  les politiques d’asile mises en place par ce gouvernement.  Ces décisions iniques rongent chaque jour les principes démocratiques qui construisent notre état de droit.

Arrestation de journalistes dans l’exercice de leur fonction, criminalisation des syndicalistes, enfermement d’enfants dans des prisons constituent aujourd’hui autant de signes plus qu’inquiétants contre lesquels il convient de se mobiliser de toute urgence.