Vous êtes ici

Aux travailleurs de BM&S

La FGTB wallonne exprime toute sa solidarité avec les travailleurs de BM&S qui entameront demain leur 6ème semaine de grève. Les 14 travailleurs de cette entreprise de nettoyage, sous-traitant de la SNCB à Schaerbeek, luttent pour la réintégration de 2 délégués FGTB injustement licenciés et contre l'arrêt brutal du contrat de 3 intérimaires (employés sur le site depuis… un an et demi !).

La direction de BM&S a licencié ces délégués sous des motifs fallacieux sans jamais apporter la moindre preuve de ses accusations. Elle n’a en outre pas respecté la procédure légale obligatoire en cas de licenciement de représentants des travailleurs. Enfin, cette entreprise bafoue toutes les règles de la concertation sociale. Depuis le 21 août, début du conflit, elle a privilégié le recours aux tribunaux et aux huissiers, à des briseurs de grève… pour tenter de casser le piquet de grève !

0Cette attitude n’a fait que renforcer la détermination des travailleurs et de leur organisation syndicale. La FGTB wallonne leur apporte tout son soutien et suivra attentivement ce dossier.

Car ce conflit social reflète un contexte où de plus en plus d’employeurs se croient autorisés à bafouer les lois ainsi que les droits des travailleurs et de leurs représentants. Et ce sont ces mêmes employeurs qui, face aux mouvements de résistance, font ensuite appel aux tribunaux !

Mais ce conflit est aussi révélateur des énormes problèmes que pose le recours systématique à la sous-traitance : dumping social, précarisation de l’emploi, dégradation des conditions de travail et de rémunération, non-respect de la législation…

Le cas BM&S, qui s’apparente à une privatisation déguisée d’un secteur de l'entreprise publique, doit amener les responsables politiques à réagir. Il est plus qu’urgent d’introduire des clauses sociales, environnementales et éthiques contraignantes dans tout appel d’offre pour les marchés publics. Et il est aussi plus que temps de mettre sur pied de réels contrôles destinés à vérifier que ces clauses sont effectivement respectées sur le terrain.