Vous êtes ici

Climat… Vous avez dit cyniques ?

La marche #ClaimTheClimate, les promesses et revirements du gouvernement Michel, les aller-retours en avion inutiles de la ministre Marghem, le coup de gueule de Bouli Lanners...

Tout le monde en parle. Petit rappel des faits...

Et mise au point !

  • Dimanche 2 décembre 2018, 75 000 citoyens défilent pour demander qu’à la veille de la COP 24, le Gouvernement Michel agisse, enfin, contre le dérèglement climatique.
  • La Ministre Marghem se joint au cortège en affirmant son engagement pour le climat….
  • Charles Michel qualifie la marche pour le climat de « véritable succès de mobilisation » !
  • A bord d’un avion militaire, la Ministre fédérale de l’environnement se rend pour quelques heures à la COP 24, en Pologne. Elle ne prend pas la parole. Le bilan carbone de ce voyage express (26 tonnes de CO2) équivaut à 110.000 kilomètres en voiture et 4 années de chauffage d’un ménage.
  • La Belgique est, avec la Tchéquie, le seul pays de l’Union européenne à avoir voté contre la directive sur l’efficacité énergétique et s’être abstenue sur la directive concernant les énergies renouvelables.
  • La Ministre Marghem rejette la faute sur les Régions ! Pourtant, le lendemain de la marche pour le climat, une réunion associant cabinets régionaux et fédéral, destinée à finaliser le plan national énergie-climat, était prévue… La ministre n’a pas fait le déplacement.
  • Mercredi, la Belgique refuse de se joindre à une déclaration de plusieurs pays européens demandant de renforcer et étendre le principe de la taxation carbone au sein de l’UE à travers une collaboration accrue entre Etats membres.
  • La Wallonie, qui ne recule décidément devant rien, et alors que ses résultats climatiques sont presqu’uniquement dus aux fermetures d’entreprises, envisage de poser sa candidature pour l’organisation de la COP 26 !

Non seulement, la responsabilité de la Ministre Marghem dans ce désastre politique est totale mais l’incompétence et le cynisme des différents gouvernements MR ne sont plus acceptables.

Le climat est aussi un combat syndical ! Des solutions existent pour résoudre la crise sociale et, dans le même temps, mener une politique climatique à la mesure des enjeux. Une des pistes principales passe par une réforme radicale de la fiscalité qui, actuellement, pénalise les travailleurs et favorise les activités les plus polluantes.

Globaliser l’impôt pour que tous les revenus soient taxés de la même façon, lutter contre l’évasion fiscale et diriger la création monétaire vers l’économie réelle pour qu’elle finance, dans tous les Etats membres, les économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables… Tout cela  permettrait de :

  • Lutter radicalement contre le dérèglement climatique.
  • Créer massivement des emplois.
  • Eviter une nouvelle crise financière en revenant vers l’économie réelle.

Lors de la crise financière de 2008, 1.000 milliards ont été injectés pour sauver les banques… Pourquoi un tel effort n’est-il pas possible pour le climat ?

Si la Ministre Marghem se trouve réellement, comme elle l’affirme, dans l’impossibilité d’exercer ses prérogatives ministérielles, qu’elle ait le courage de démissionner comme l’a fait Nicolas Hulot en France !