Vous êtes ici

Pour une indemnité compensatoire pour les ALE

La CSC et la FGTB wallonnes revendiquent une indemnité sociale compensatoire pour les travailleurs et travailleuses ALE

Le système des Agences locales pour l’emploi (ALE) permet à certaines personnes « éloignées du marché de l’emploi » de prester certaines activités, pour lesquelles elles touchent un « chèque » de 4,10 euros par heure d’activité. Celui-ci s’ajoute à l’allocation de chômage ou au Revenu d’Intégration sociale qu’elles perçoivent.

Dans le cadre du confinement, la plupart d’entre elles ont perdu cette activité et le revenu qu’elles en tiraient.

CSC et FGTB wallonnes demandent qu’elles puissent bénéficier d’une aide analogue à celle dont ont bénéficié les travailleurs et travailleuses mis en chômage temporaire, notamment les travailleuses du secteur des titres-services.

Certaines ALE ont d’ailleurs prévu un tel dispositif, en procurant à certains de leurs travailleurs et travailleuses des chèques correspondant à des heures d’inactivité. Il n’est cependant pas souhaitable que de telles aides dépendent de l’initiative dispersée de chaque ALE communale.

Par analogie avec ce qui est prévu dans le secteur des titres-services, la CSC et la FGTB wallonnes proposent qu’une indemnité sociale compensatoire - d’un montant à déterminer - soit versée par heure d’inactivité en se basant sur la moyenne des prestations avant le confinement (par exemple, celles de l’année précédente).

Cette indemnité pourrait être payée :

-soit selon les modalités prévues en matière de titre-service (paiement par l’ALE, sur la base d’un financement régional liquidé par le biais de la société émettrice des chèques) ;

-soit selon les modalités habituelles en matière d’ALE (remise par l’ALE de chèques que le travailleur encaisse par le biais de son organisme de paiement de chômage ou du CPAS).

Cette proposition concrète et réaliste ne devrait pas excéder un montant de 300.000 €/mois pour toute la Belgique.

Pour la CSC et la FGTB wallonnes, il est donc urgent et indispensable de prévoir un budget compensatoire pour les pertes de revenu des prestataires ALE suite à la crise sanitaire.