Vous êtes ici

Protéger les travailleuses et travailleurs durant la crise du coronavirus

La FGTB fédérale a demandé l’adoption de mesures extraordinaires visant à protéger la santé et la sécurité des travailleuses et travailleurs. Il est impératif que des mesures extraordinaires soient adoptées afin de garantir au maximum leur revenuss. Pour la FGTB, il est hors de question qu’ils et elles soient « les oubliés » de cette crise et qu’à la crise sanitaire s’ajoute une crise sociale ! A cet égard, les employeurs doivent assumer leurs responsabilités.

(Communiqué de la FGTB fédérale)

A circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles ! Pour la FGTB, la santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses, et par là-même de l’ensemble de la population, est une priorité absolue. A cet égard, les services essentiels doivent être garantis et leur revenu doit être garanti au maximum. Il est dès lors temps d’adopter des mesures à la hauteur de l’enjeu.

La santé prime ! A cet égard, comme le recommande les experts et le Conseil National de sécurité, le travail à domicile (au travers du télétravail ou d’autres formes alternatives de travail) doit être privilégié. Les travailleurs et travailleuses doivent dès lors se voir offrir toutes les chances de pouvoir travailler depuis leur domicile. Si, en raison de la nature de l’activité, le télétravail s’avère difficilement faisable, il faut leur donner la possibilité de rester à son domicile. Il est impératif de limiter au maximum les déplacements. Si, en raison de la nature essentielle du travail, une présence humaine est indispensable, nous comptons sur le sens des responsabilités des employeurs afin qu’ils mettent tout en œuvre pour garantir la sécurité et la santé au travail et qu’ils adoptent les mesures de prévention et de protection nécessaires.

Les services essentiels doivent être garantis et ce dans des conditions optimales ! Même en cas de lockdown, partiel ou complet, il va de soi que certaines activités essentielles devront se poursuivre et que le fonctionnement de ces services essentiels devra être garanti. Il s’agit, entre autres, des services de soins de santé, des transports en commun, des entreprises classées Seveso ou encore des services de payement des allocations sociales. La continuité de ces services est fondamentale afin d’assurer le bien-être et la sécurité de la population et de protéger les plus démunis. Ces services et ces employeurs devraient dès lors bénéficier d’un soutien supplémentaire.

Les revenus des travailleuses et travailleurs doivent être garantis ! La FGTB comprend pleinement les mesures de soutien aux entreprises et aux indépendants. Toutefois, les travailleurs et travailleuses ne peuvent être « les oubliés » de cette crise. Une chute des revenus pourrait s’avérer désastreuse pour eux et leur famille mais aussi pour l’économie. En raison de cette crise, une meilleure indemnisation du chômage temporaire a été décidée (70% du dernier salaire perçu au lieu de 65%). C’est toutefois insuffisant en cas de prolongation des mesures de confinement. A cet égard, la FGTB pose plusieurs revendications :

  • Les allocations de chômage temporaire lié à la crise du coronavirus doivent correspondre à la perte réelle de salaire. Il est donc nécessaire d’augmenter le plafond salarial pour le calcul de l’allocation mais aussi les compléments de salaire versés par les employeurs. En outre, ces périodes doivent être prises en compte pour le calcul des pécules de vacances et autres avantages complémentaires, extras qui ne doivent se retrouver annulés par l’impôt.
  • L’accès au chômage temporaire doit être élargi (entre autres : pour les travailleurs intérimaires, suppression des conditions d’application pour le chômage temporaire pour causes économiques) et un paiement rapide des allocations doit être garanti (entre autres : poursuite du payement du salaire pour les contractuels des services publics et compensation par après).
  • Des mesures d’accompagnement doivent être décidées : report du paiement des prêts hypothécaires (les entreprises bénéficiant d’ores et déjà d’un droit à un plan de payement amiable des cotisations sociales auprès de l’ONSS), les femmes enceintes devant rester à la maison pendant les 6 semaines de repos prénatal facultatif ne devraient pas perdre leur repos postnatal, l’adoption de formules plus souples pour les congés parentaux, etc…

Pour la FGTB, les travailleuses et travailleurs doivent également être au centre des préoccupations. A l’instar de plusieurs pays d’Europe (Danemark, Autriche, France…) nous devons rapidement adopter des mesures fortes entre partenaires sociaux (au niveau de concertation le plus approprié) ou au niveau du Gouvernement afin de garantir au maximum le revenu des travailleurs impactés.