Vous êtes ici

Solidarité avec le combat syndical français

Quand la grève nous rassemble...

Demain, samedi 11 janvier, une délégation FGTB participera à la manifestation dans les rues de Lille.

Car le combat contre la réforme de la pension à points est aussi le nôtre !

37 jours de grève.

37 jours à tenir bon dans un bras de fer avec le gouvernement d’Emmanuel Macron et son projet de pension à points.

37 jours, c’est très long, c’est interminable quand chaque journée ampute la fiche de paye.

Et la lutte continue.

Les grévistes de la SNCF et de la RATP viennent de perdre leur premier mois de salaire dans un combat qui nous concerne toutes et tous au-delà des frontières françaises : le refus de voir le montant de nos pensions dépendre d’une roulette russe !

S’ils obtiennent gain de cause, ce sont tous les travailleurs et travailleuses des secteurs public et privé, syndiqué.e.s ou non, qui en récolteront les fruits. Parce qu’ils auront réussi à rejeter un modèle, un projet politique qui consiste à démanteler la pension par répartition au profit d’un système par capitalisation. D’autres professions ont rejoint le mouvement.

Le droit de grève et l’exercice de ce droit sont nos formes de résistance ultime quand le pouvoir reste sourd au dialogue. Ils sont indissociables du principe même de la démocratie. Et souvent dans l’Histoire, les victoires des grévistes ont profité à l’ensemble du monde du travail. Nous souhaitons le rappeler à l’heure où plusieurs attaques larvées minent ces libertés syndicales en Belgique. 

Chez nous, en 2017, la mobilisation a fait reculer le projet de pension à points du ministre Daniel Bacquelaine (MR). Comme en France, on nous le présentait pourtant comme le progrès inéluctable. Or, toutes les projections l’attestent : la pension à points est plus précaire et pousse les travailleurs à souscrire des assurances privées, aléatoires, hautement risquées...

Le gouvernement français joue la montre et espère l’essoufflement du mouvement social. C’est pourquoi la FGTB organise une solidarité financière afin de soutenir celles et ceux qui sacrifient leur revenu pour mener durement ce combat syndical. L’échec du système de pension à points en France comme en Belgique doit être un objectif commun.

Samedi, une délégation de la  FGTB sera également présente à la manifestation de Lille, dès 14 h 30, à l’appel de l’intersyndicale française (CGT, FO, FSU, CFE-CGC, Solidaires, Unef et UNL).