Vous êtes ici

Soutien aux travailleuses et travailleurs de Carrefour

Derrière la restructuration, le recul des droits syndicaux...

La FGTB wallonne exprime toute sa solidarité aux travailleurs et travailleuses de Carrefour Belgique dont l’avenir a basculé, ce jeudi 25 janvier 2018, avec l’annonce de la restructuration du groupe.

Les 1.233 emplois supprimés auront inévitablement un impact sur tous les travailleurs de l’enseigne et leurs familles mais aussi,  plus largement, sur les commerces voisins des hypermarchés condamnés et leurs sous-traitants. Derrière cette restructuration massive, l’ouverture de magasins franchisés annonce aussi le recul des droits syndicaux.
En effet : aucune délégation et aucune forme de concertation sociale ne voit le jour dans ces petites structures indépendantes.

La précarisation des futurs contrats (moins de salaire, plus de flexibilité) est donc à craindre dans le secteur du commerce. Vu la surreprésentation des femmes dans ce secteur important, les inégalités femmes/hommes sur le marché de l’emploi risquent de se creuser davantage. A cet égard, la FGTB wallonne rappelle sa revendication de pouvoir installer une délégation syndicale dans les entreprises qui compte 20 travailleurs (le seuil est établi à 50 travailleurs aujourd’hui).

Au plan fédéral, les décisions politiques participent à la dégradation des conditions de travail notamment par la création de flexi-jobs et l’extension du travail étudiant. De plus, les récentes restrictions du système de RCC (ex-prépensions) privent aujourd’hui les travailleurs et travailleuses de Carrefour d’une solution acceptable. Et, en cas de licenciement, ceux-ci se verraient également privés du supplément de chômage pour longue carrière, autre disposition abrogée par le gouvernement Michel, ce qui leur fera perdre entre 60 et 300 € chaque mois !

A ce stade, la FGTB wallonne se joint au SETCa pour rappeler que le boycott des magasins Carrefour n’est pas une solution. Nous saluons également les actions de solidarité qui s’organisent entre travailleurs au-delà de la frontière linguistique. Leur détermination sera le moteur des négociateurs syndicaux dans les semaines à venir.

Le groupe Carrefour a réalisé plus de 60 millions € de bénéfices en Belgique[1] malgré son incapacité à s’adapter aux évolutions qui touchent la grande distribution. Les salariés ont déjà consenti plusieurs efforts ces dernières années, ce n’est pas à eux de payer le prix fort du manque d’anticipation du Groupe.

La FGTB wallonne estime qu’une réforme de la procédure Renault devrait notamment donner de réelles chances d’aboutir aux propositions d’alternatives avancées par les organisations syndicales. Nous rappelons également que les pouvoirs publics wallons ont un rôle à jouer dans l’anticipation de l’évolution des secteurs industriels, de commerce et des services.

 

[1] Chiffre 2016.