Vous êtes ici

chasse aux chômeurs

L’ensemble des photos de cette rubrique sont libres de droits et d’utilisation, à condition d’en mentionner la source.

Gros plan sur la suppression du Complément d'ancienneté, une mesure scandaleuse de plus à ajouter au bilan du gouvernement Michel. Car cette réforme fait perdre jusqu'à 300€/mois aux travailleurs licenciés en fin de carrière...

A l'occasion de la rentrée, le nouveau Ministre de l'Emploi, le MR Pierre Yves-Jeholet a enchaîné les déclarations provocantes et stigmatisantes contre les sans emploi. Des rentiers, les chômeurs ? Trois semaines après les déclarations de la ministre Alda Gréoli (CDH, nouvelle vice première-ministre wallonne) qui s'attaquait à " l'assistanat " wallon, c'est donc au tour de l'élu MR de surfer sur la vague démagogique en faisant porter la responsabilité du chômage sur ceux qui en sont victimes. Quoi de plus simple pour un ministre de l'Emploi de s'affranchir de toute responsabilité en déclarant (…)

Vendredi 08 Septembre 2017

Pierre-Yves Jeholet, Charles Michel, Alda Greoli, Alexander de Croo… Les Tontons flingueurs du MR, du cdH et du VLD osent tout, et c’est à ça qu’on les reconnaît. Amalgames, contre-vérités, propos dénigrants et poujadistes, ils y vont à la sulfateuse en cette rentrée politique, arrosant de leur mépris les chômeurs « rentiers », le Forem, les syndicats...

La Sécurité sociale, un système dépassé ? Un brol d'assistés qui coûte trop cher ? Mais au fond, la Sécu, c'est quoi ? C'est à ces questions que tente de répondre la nouvelle campagne du CEPAG. Pour nous y aider, un site web et un dessin animé de 5 min… avec les voix de Bouli Lanners, Yolande Moreau et Charline Vanhoenacker ! ​ Depuis de trop longues années, la Sécurité sociale est présentée par certains comme ringarde ou trop coûteuse. Il faudrait donc la moderniser , la rendre plus efficace , diminuer les dépenses … Mais, derrière ces déclarations d'intention, se cachent des politiques (…)

Mandaye… un terme wallon qui désigne un moins que rien mais bon à tout. Un mot méprisant qui salit celui qui en est victime… mais aussi celui qui l'utilise. C'est pourtant sous ce vocable que des travailleurs sans emploi de la Région du Centre ont choisi de se désigner. Parce que, eux, le regard des autres, le mépris ils connaissent. C'est ce quotidien fait d'exclusion, de précarité, de préjugés qu'ils ont décidé de raconter au travers d'une bande dessinée collective.

Le gouvernement Michel veut, sous prétexte de réinsertion des bénéficiaires du revenu d'intégration, instaurer un dispositif de travail forcé gratuit. Une mesure qui aura de graves conséquences pour les personnes concernées et l'emploi dans les secteurs public et non-marchand. Un "service communautaire" que plus de plus de 60 associations, ONG, syndicats et partis appellent à boycotter.

Le front commun syndical se rassemblera ce lundi 28 novembre à 11h00 devant le Palais d’Egmont à Bruxelles contre le démantèlement des périodes assimilées. Une nouvelle attaque contre les (pré)pensionnés et les sans emploi est inacceptable !

Le Bureau Wallon des Femmes refuse l’austérité des droites et réclame une réaction à la hauteur des attaques gouvernementales. Les plans d’actions précédents s’étant révélés insuffisants, il devient impératif de durcir les ripostes syndicales conformément aux valeurs que nous défendons en tant que contre-pouvoir. La FGTB se doit d’être à l’avant-garde de ce combat !

Embedded thumbnail for Sur place ou à emporter ?
Octobre 2016

Travail précaire, pression sur les salaires et les droits sociaux... Génération burn-out ou génération Tanguy ? Les Jeunes FGTB résument la situation en 2 min 10. Conclusion ? Non à la Loi Peeters !

Même si elle reste opposée au contrôle de disponibilité, la FGTB wallonne considère que son transfert au FOREM est l’occasion de gommer les aspects les plus absurdes du contrôle et d’en atténuer les effets les plus dévastateurs. Votre syndicat a récemment évité que ce transfert ne se traduise par une aggravation de la situation en empêchant une augmentation de 2.000 à 3.000 sanctions/an. Auparavant, dans la procédure «disponibilité active», une absence à un entretien suite à la 2 ème convocation menait à une exclusion dite «article 70». Concrètement, il s’agissait d’une suspension du payement (…)

Pages