Vous êtes ici

égalité salariale

L’ensemble des photos de cette rubrique sont libres de droits et d’utilisation, à condition d’en mentionner la source.

Ce début de mars 2020 sera marqué par de nombreuses rencontres et mobilisations pour l’égalité. Plusieurs dates sont d’ores et déjà à bloquer dans votre agenda ! Petit tour d’horizon…

Jeudi 27 Février 2020

Grève pour l’égalité salariale, Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, charge mentale, États généraux féministes #5 du CEPAG…

On parle de tout ça avec Selena Carbonero Fernandez, présidente du Bureau des femmes de la FGTB wallonne.

Embedded thumbnail for ON EN A GROS ! #10 // Jusqu'où faudra-t-il aller ?
Mars 2019

Le 8 mars, Journée internationale de Lutte pour les Droits des Femmes, on apprenait que l’écart salarial femmes-hommes était toujours de 20% ! Scandaleux ! Une femme doit gagner autant qu’un homme. Point (…)

Ce 8 mars, partout en Belgique et dans le monde, on se mobilise pour la Journée de Lutte pour les Droits des Femmes ! La FGTB wallonne soutient toutes les initiatives organisées pour faire de l’égalité entre les femmes et les hommes une réalité ; et appelle chacune et chacun à participer aux manif, actions de sensibilisation, colloques, expo, concerts… Parmi ces événements, notons la journée de débat et de mobilisation organisée par le CEPAG et la FGTB wallonne à Liège.

Vendredi 08 Mars 2019

Ce 8 mars, pas besoin de souhaiter "bonne fête" à toutes les femmes que vous croiserez. Le 8 mars n’est pas la Journée de "la" femme mais bien une journée internationale de lutte POUR LES Droits DES Femmes ! On en parle avec Selena Carbonero Fernandez, Présidente du Bureau des Femmes de la FGTB wallonne, à l’initiative, avec le CEPAG, des États généraux féministes dont la deuxième journée a lieu aujourd’hui à Liège…

Mercredi 15 Mars 2017

Le 8 mars, Journée des Droits des femmes, des travailleuses se sont croisé les bras à 15h40. L'objectif ? Rappeler que l'inégalité salariale entre hommes et femmes est toujours de 20 % ! Une inégalité salariale due à plusieurs facteurs (plafond de verre, temps partiel, services d'accueil de l'enfance, secteurs "féminins" moins rémunérés…) et qui a de graves répercussions sur le quotidien des femmes, leur indépendance et leurs droits sociaux.

Ce mercredi 8 mars, c'est la Journée internationale des Droits des Femmes. Profitons-en pour passer à l'action et nous faire entendre contre l’inégalité salariale ! Comment ? En arrêtant le travail à 15h40, heure à partir de laquelle les femmes travaillent gratuitement.

Vous manifestez ? Vous faites grève ? Vous avez le culot de résister au détricotage de nos biens communs, à la casse des services publics, de la Sécu ? Alors vous filez un mauvais coton. Comme les syndicalistes, les cheminots, les gardiens de prison, et tous les citoyennes et citoyens qui, avec eux, se mobilisent pour la justice sociale, l’égalité et la défense de nos droits. Vous êtes des preneurs d’otages, des voyous, des terroristes. Vous êtes comme les femmes de la Fabrique nationale à Herstal, il y a 50 ans.

Le 19 février 1966, les ouvrières de la FN arrêtaient spontanément le travail avec une seule revendication : « A travail égal, salaire égal ». A l'occasion du cinquantenaire de cette grève sans précédent pour l’égalité salariale, une expo se tient à Liège jusqu'au 26 mars prochain.

Les pensionnés et allocataires sociaux étaient les grands perdants des réformes fiscales de Charles Michel. Face à cette situation, son gouvernement avait annoncé des mesures correctrices… qui se sont avérées encore plus discriminatoires, tout particulièrement pour les femmes ! Un scandale que les syndicats ont voulu dénoncer ce jeudi, en manifestant devant le cabinet du Ministre Bacquelaine.

Pages