Vous êtes ici

migrants

L’ensemble des photos de cette rubrique sont libres de droits et d’utilisation, à condition d’en mentionner la source.

Embedded thumbnail for Le procès de la solidarité
Décembre 2018

La solidarité va-t-elle devenir un délit passible d’emprisonnement? Les 7, 8 et 9 novembre 2018, à Bruxelles, plusieurs centaines de citoyens ont manifesté leur soutien aux 12 personnes poursuivies en (…)

Jeudi 06 Décembre 2018

En Belgique, la justice rendra son jugement le 12 décembre dans le cadre du « Procès de la solidarité », intenté à 12 personnes migrantes et hébergeuses de migrants.
Le même jour, en France, Cédric Herrou, paysan de Breil-sur-Roya, à la frontière franco-italienne, poursuivi par la justice et menacé de prison depuis plusieurs années pour avoir aidé de nombreuses personnes et familles migrantes, sera lui aussi fixé sur le jugement de la Cour de Cassation. 
Le lendemain, ce sont les « 7 de Briançon » qui risquent d’être condamnés par la justice pour les mêmes motifs.

Les 7, 8 et 9 novembre derniers, à Bruxelles, plusieurs centaines de citoyens ont manifesté leur soutien aux 11 personnes poursuivies en justice pour avoir hébergé des « migrants » ou leur avoir prêté assistance. La nouvelle émission Opinions FGTB revient sur les questions que soulève ce procès... politique. A voir à partir de samedi sur les chaînes de la RTBF.

Ce mercredi 7 novembre, s’ouvre le procès de la solidarité au palais de justice de Bruxelles. 11 personnes risquent la prison pour avoir aidé des personnes migrantes en détresse. Elles sont accusées de trafic d’êtres humains et d’organisation criminelle. On croirait cauchemarder. Nous osons et voulons croire que la justice belge mettra fin à la confusion des genres qui représente un réel danger pour la démocratie.

Embedded thumbnail for Cédric Herrou : devoir de solidarité
Octobre 2018

Cédric Herrou est paysan dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes), près de Vintimille, à la frontière entre la France et l’Italie. Depuis 2015, il a accueilli plus de 2.500 exilés chez lui, dans sa (…)

Jeudi 11 Octobre 2018

Comment faire pour trouver du travail quand on est demandeur d’asile, réfugié, sans-papiers ?
Quels sont les obstacles – nombreux – qui s’ajoutent à des conditions d’existence précaires ?
Éléments de réponse avec Didier Pironet, juriste au CEPAG et impliqué activement dans un projet européen (Labour-Int) destiné à favoriser l’accès des demandeurs d’asile au « marché du travail ».

Cédric Herrou est paysan dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes), près de Vintimille, à la frontière entre la France et l’Italie. Depuis 2015, il a accueilli plus de 2.500 exilés chez lui, dans sa ferme. Dans la nouvelle émission « Regards », à découvrir dès ce 6 octobre sur les chaînes de la RTBF, il raconte comment et pourquoi il a décidé d’agir. Politique, citoyenne, son action nous engage, nous appelle au devoir de solidarité.

Ce vendredi 14 septembre, partout dans le pays, des rassemblements sont organisés pour dénoncer l’enfermement des enfants en centres fermés et, plus largement, la politique migratoire inhumaine du gouvernement de Charles Michel. Mons, Namur, Liège, Arlon, Bruxelles et ailleurs, rejoignez la vague citoyenne !

La FGTB Liège, le Monde des Possibles, le CRACPE et la FGTB wallonne expriment demandent la libération d'Issakia Kere, jeune militant syndical impliqué dans la vie culturelle et associative liégeoise. Ce vendredi 13 juillet, rendez-vous devant l’office des étrangers entre 11h15 et 12h15 pour y remettre les signatures de soutien.

Le gouvernement de Charles Michel achève actuellement la construction d’un nouveau centre fermé pour y incarcérer… des familles avec enfants ! L'enfermement de mineurs a pourtant déjà été dénoncé par de nombreuses institutions internationales et ONG de protection des droits de l’enfant ainsi que par 280 associations belges, réunies au sein de la campagne "On n’enferme pas un enfant". Mais, continuant son flirt avec les idées d’extrême-droite, le gouvernement belge ignore ouvertement ces appels.

Pages