Vous êtes ici

soins de santé

L’ensemble des photos de cette rubrique sont libres de droits et d’utilisation, à condition d’en mentionner la source.

Pour le troisième épisode de sa série "On en a gros !", la FGTB Liège (s)aborde la politique du gouvernement de Charles Michel en matière de soins de santé. A découvrir, apprécier et diffuser sans modération !

Salaires, soins de santé, fins de carrière, flexibilité, pensions, politique migratoire, chômage… Depuis 2014, dans tous les domaines, le gouvernement de Charles Michel enchaîne les mesures antisociales. La FGTB wallonne et Solidaris ont décidé d’unir leur force dans le cadre de la campagne « On dit merci qui ? Merci le MR ! ». Objectif ? Éviter les trous de mémoire et rappeler la responsabilité du seul parti francophone du gouvernement fédéral. Depuis septembre 2017, nous analysons chaque mois une mesure d'austérité et décortiquons ses conséquences concrètes. Le saut d'index Premier "coup" (…)

Note

La 6 ème réforme de l’Etat a entraîné la régionalisation d’une partie de la sécurité sociale. La réforme hospitalière de Mme De Block porte en elle les germes d’une 7 ème réforme de l’Etat qui (…)

Embedded thumbnail for La Sécurité sociale expliquée à ma petite fille
Mai 2017

Vous avez aimé le dessin animé "Ceci n'est pas un trou !", produit par le CEPAG ? Vous adorerez l'émission télé ! Un docu sur la Sécurité sociale avec Bouli Lanners, Yolande Moreau, Charline Vanhoenacker (…)

C’est une évidence, les politiques d’austérité fédérales sont injustes. Elles pèsent lourdement sur les salariés et allocataires sociaux, tandis que les détenteurs de capitaux s’en tirent à bon compte. Mais elles sont aussi inefficaces, socialement et économiquement : ralentissement de l’activité, augmentation de l’endettement, des inégalités, de la précarité, de l’exclusion sociale... Les Wallonnes et Wallons sont malheureusement deux fois victimes de ces mesures austéritaires.

Note

L’exemple de la politique wallonne en réponse au défi du vieillissement de la population.

Note

Lorsqu’on analyse les différentes mesures prises par le gouvernement Michel, force est de constater que les politiques fédérales sont définies en tenant compte principalement de la situation socio-économique de la Flandre et des exigences du VOKA (patronat flamand) et sont donc moins pénalisantes pour la région flamande. Ces mesures n’étant pas adaptées aux besoins spécifiques de la Région wallonne (et bruxelloise), la Région wallonne et les travailleurs wallons sont doublement perdants.