Vous êtes ici

Actualités

La crise sanitaire de la covid-19 a agi à la fois comme un révélateur et un amplificateur des inégalités sociales. Chômage temporaire massif, taux d’indemnisation trop bas, licenciements, contrats précaires non renouvelés… La crise a fait - et continue de faire - des ravages.

Ce jeudi 25 mars, le gouvernement wallon a adopté, en 3ème lecture, la réforme des Aides à la Promotion de l’Emploi (APE). Une nouvelle réforme qui pérennise et sécurise l’emploi de plus de 65.000 travailleuses et travailleurs dans des services indispensables à la population. Pour la FGTB wallonne, il s’agit d’une victoire.

Lundi 29 mars, travailleuses et travailleurs des secteurs privé et public se mobiliseront une fois de plus pour un AIP juste et équilibré. Comme les patrons restent sourds aux avertissements, aux actions et aux arrêts de travail, on passe à la vitesse supérieure : la grève générale !

Ce Jeudi 25 mars, Jean-François Tamellini, Secrétaire Générale de la FGTB wallonne, participera à un Facebook Live organisé par le CEPAG afin de discuter des enjeux de la Grève Générale du 29 mars prochain.

Le banc patronal se sert de la crise Covid pour avancer que la plupart des entreprises se trouvent dans une situation financière difficile et qu’il est impossible d’augmenter les salaires au-delà de 0,4% ! Certes, beaucoup d’entreprises ont souffert durement de la pandémie. Mais d’autres ont continué à réaliser de plantureux bénéfices...

Parce que « Quand les femmes s’arrêtent, le monde s’arrête ! », la FGTB s’inscrit dans l’appel lancé par des associations féministes, dont le Collectif 8 mars. La FGTB a déposé un préavis couvrant celles et ceux souhaitant organiser et/ou participer aux actions prévues le 8 mars.

La fermeture du Domaine de Taintignies (situé à Rumes) constitue le dénouement d’un conflit qui agitait, depuis deux ans, ce foyer d’hébergement pour personnes en situation de handicap. La FGTB wallonne tient à affirmer toute sa solidarité avec les travailleuses et travailleurs de cette institution ainsi qu’avec l’ensemble des personnes résidentes.

Négociations bloquées ? On reste mobilisés ! Face au blocage patronal sur l’augmentation des salaires et allocations sociales, le front commun syndical organise une journée de mobilisation. Rendez-vous ce jeudi 25 février.

Pour la FEB, les syndicats sont des irresponsables. Pourquoi ? Parce qu’ils osent revendiquer des augmentations de salaires. Les entreprises manqueraient de liquidité, les travailleurs et travailleuses devraient être "raisonnables ", "responsables"...

Une marge salariale de 0,4% pour les deux prochaines années, c’est se moquer des travailleuses et des travailleurs ! Pour un accord interprofessionnel décent, la FGTB appelle à une journée d'actions dans les entreprises ce jeudi 12 février.