Vous êtes ici

17 mobilisations FGTB contre l’exclusion des sans emploi et la précarisation du marché du travail

Ce 10 mars, la FGTB s’est une nouvelle fois mobilisée contre la limitation des allocations d’insertion dans le temps. Si cette mesure n’est pas retirée, 50.000 travailleurs sans emploi se verront exclus du chômage au 1er janvier 2015.

Un véritable bain de sang social aux conséquences dramatiques… Tant pour les personnes concernées et leur famille que pour les communes et CPAS qui se verront dépassés par un afflux massif de demandes de revenus d’intégration sociale.

En Wallonie, de nombreux CPAS et communes se sont d’ailleurs déjà officiellement positionnés pour le retrait de cette mesure injuste, inégalitaire et absurde en pleine période de crise.

Rappelons également que s’attaquer aux demandeurs d’emploi, c’est faire pression à la baisse sur les conditions de travail et de salaire de tous les travailleurs. La journée d‘action du 10 mars était donc placée sous le signe de la nécessaire solidarité entre travailleurs, avec ou sans emploi.

Pas moins de 17 actions de sensibilisation et de protestation ont donc été menées dans tant en Flandre qu’en Wallonie et à Bruxelles, rassemblant plus de 15.000 personnes.

Aperçu des actions en Wallonie


A Mons, les militants FGTB ont mené une action de sensibilisation à destination des citoyens, expliquant les conséquences sociales désastreuses qu’entraîneraient les 50.000 exclusions.

A Arlon, 200 militants se sont réunis et ont interpellé cinq représentants du monde politique.

A Charleroi, aussi, une assemblée a réuni plusieurs centaines de militants. Ceux-ci sont ensuite partis à la rencontre du président du CPAS de la ville.

Les militants de la FGTB Verviers & Communauté germanophone ont eux aussi adopté cette méthode et ont interpellé le président du CPAS.

A Tubize et La Louvière, les militants se sont rassemblés sur la place communale. Dans la Région du Centre, particulièrement touchée par le tsunami social en préparation, le millier de manifestants a également rencontré des responsables politiques locaux.

A Liège, plus de 600 militants ont symboliquement fait tomber les masques de l’anonymat pour montrer que, derrière les statistiques se cachent des femmes et des hommes.

A Namur, les centaines de manifestants s’étaient réunis devant le siège de l’ONEM et, à Tournai, ils étaient plus de 1500 à prendre part à la manifestation organisée par la FGTB Wallonie picarde. Ils ont été reçus par le bourgmestre ainsi que par les responsables du CPAS et de l’ONEM.

Espérons que ces mobilisations entraîneront enfin la prise de conscience salutaire que la situation exige. La limitation dans le temps des allocations d’insertion est une impasse sociale, économique et politique. Changeons de cap avant de foncer droit dans le mur !

Découvrez les photos des différentes actions sur notre page facebook ou via notre twitter.