Vous êtes ici

APE : la mobilisation et la concertation, ça paye !

Ce jeudi 25 mars, le gouvernement wallon a adopté, en 3ème lecture, la réforme des Aides à la Promotion de l’Emploi (APE). Une nouvelle réforme qui pérennise et sécurise l’emploi de plus de 65.000 travailleuses et travailleurs dans des services indispensables à la population : crèches, hôpitaux, services d’aide à domicile, centres sportifs et culturels, maisons de repos, écoles, communes, CPAS…

Pour la FGTB wallonne, il s’agit d’une victoire. Contrairement à la version du précédent ministre de l’emploi, Pierre-Yves Jeholet - abandonnée grâce à une forte mobilisation du terrain -, cette nouvelle mouture a tenu compte des avis et demandes des travailleuses et travailleurs, syndicats et fédérations.

Rétroactes d’une mobilisation gagnante

En juin 2018, la FGTB wallonne lançait l’alerte. La réforme APE du ministre Jeholet allait faire disparaître des milliers d’emplois et, avec eux, autant de services à la population. Face à cette menace, un large mouvement syndical et citoyen s’était organisé. Après 10 mois de combat et 4 grandes mobilisations à Namur la réforme APE, version « Jeholet » était abandonnée. Résultat immédiat ? 3.500 emplois sauvés !

Deux ans plus tard, une réforme APE qui sécurise les emplois et ouvre de nouvelles perspectives

La nouvelle réforme donne la priorité à la pérennisation d’emplois, essentiels à la population mais parfois précaires, qui seront désormais sécurisés dans le temps et vont gagner en qualité. De nombreux autres points positifs sont à souligner : l’intégration d’autres dispositifs (PTP, emplois jeunes non marchand et conventions premier emploi) et la pérennisation des emplois liés, la simplification administrative, la prise en compte d’un maximum de situations particulières dans les calculs de la future subvention, le travail de communication et de transparence mené à l’égard des employeurs et le renforcement du lien entre subventionnement et maintien ou création d’emplois.

La FGTB wallonne restera particulièrement attentive à l’évolution budgétaire du dossier dans la mesure où le principe d’une indexation complémentaire de la subvention en cas de franchissement de l’indice pivot n’a pas été retenu. En outre, même si la réforme prévoit la possibilité de créer de nouveaux emplois, le principe de budget constant laissera peu de marges pour ce faire. Le moment est pourtant particulièrement propice à l’investissement dans des activités essentielles à la cohésion sociale, et de nouvelles politiques fonctionnelles pourraient être intégrées dans le dispositif APE.

La FGTB wallonne salue enfin la réelle concertation qui a prévalu à toutes les étapes du processus. Ce qui a permis, enfin, la prise en compte des réalités et demandes du terrain. La ministre Morreale nous a entendus. À quelques jours de la grève générale organisée dans le cadre de l’AIP, le message est clair : la mobilisation paye !