Vous êtes ici

Caterpillar : sous l’hécatombe, les milliards

C’est avec effroi que la FGTB wallonne a appris la suppression de 1.400 emplois à Caterpillar Gosselies, soit 37.8% du personnel. L’ampleur du licenciement est hors du commun pour ce pilier de l’économie dans la région de Charleroi. Deuxième employeur privé de Wallonie, l’entreprise est aussi le 2ème centre de production du groupe au monde.

Quasiment chaque famille carolo est touchée par l’annonce et la FGTB wallonne veut affirmer sa solidarité avec tous les travailleurs, leurs proches et les sous-traitants de l’entreprise.

Ce ne sont pourtant pas les milliards qui ont manqué à la multinationale ! Se targuant d’avoir traversé la crise sans trop d’encombre, Caterpillar enregistre un bénéfice record net annuel de 5,68 milliards de dollars en 2012 (4,2 milliards d’euros).

Après ArcelorMittal, Duferco - NLMK La Louvière et Ford Genk, les travailleurs continuent d’encaisser les coups sur le ring du capitalisme. Intérêts notionnels, réductions de cotisations sociales, aides publiques sans contrepartie… Le tapis rouge est déroulé pour ces grands groupes.

Les fermetures et restructurations en cascade provoquent une augmentation du chômage au moment même où l’on diminue drastiquement le montant des allocations pour plus d’un tiers des demandeurs d’emploi !

Une fois de plus, la FGTB wallonne demande des mesures de justice sociale et fiscale au Gouvernement. Les licenciements successifs associés aux réductions de dépenses publiques à tous les niveaux sont un cocktail fatal à la population.  Nous l’avons écrit, nous l’avons crié, nous l’avons démontré. Jusqu’où faudra-t-il aller pour se faire entendre ?