Vous êtes ici

Le FOREM mis sous contrat par les Jeunes et les TSE de la FGTB wallonne !

Une centaine de Jeunes et de Travailleurs Sans Emploi (TSE) de la FGTB wallonne se sont rendus à l’administration centrale du FOREM à Charleroi ce jeudi 12 mai. Leur objectif ? Faire signer un contrat  au FOREM pour qu’il s’engage à fournir une formation ou un emploi convenable aux 300 TSE ayant déposé anonymement leur CV.

Depuis quelques années, une logique de suspicion, de contrôle et de sanction s’est développée vis-à-vis des demandeurs d’emploi. Une logique qui a pris la forme d’un Plan dit « d’accompagnement » des chômeurs dont les résultats ne se sont pas fait attendre : au niveau fédéral, les contrôles systématiques et mécaniques de l’ONEM ont mené à des dizaines de milliers de sanctions et d’exclusions. La « chasse » aux chômeurs est ouverte… 
 
La FGTB wallonne s’est toujours opposée à ce Plan et à la culpabilisation des demandeurs d’emploi qu’il entraîne. Pour nous, ce Plan doit être supprimé, raison pour laquelle nous avons mené campagne l’année dernière. Il ne s’agit évidemment pas de refuser l’accompagnement des chômeurs mais bien son caractère systématique et les sanctions qui en découlent.
 
En menant cette action, les TSE et les Jeunes de la FGTB wallonne ont réaffirmé qu’ils refusent que le FOREM suive cette même voie. En effet, le FOREM doit rester un service public dont la mission première est d’accompagner le demandeur d’emploi dans ses démarches et de lui proposer des offres d’emploi ou de formation de qualité. Mais aujourd’hui, la réalité est tout autre : les chômeurs sont mis sous pression et menacés de sanctions. Ils doivent envoyer leur CV dans des entreprises qui n’engagent pas, accepter des boulots précaires ou suivre des formations qui ne les mènent pas à un emploi.
 
Le contrôle, la sanction et l’exclusion des chômeurs n’est pas la politique à adopter alors qu’en Wallonie, on compte 1 offre d’emploi pour 22 chômeurs ! Pour démontrer l’absurdité de la situation, les militants ont donc proposé un contrat au FOREM afin qu’il s’engage à fournir une formation ou un emploi convenable aux 300 TSE ayant déposé leur CV.
 
Les militants ont eu une entrevue avec Basilio Napoli, directeur général du FOREM. Celui-ci s’est déclaré prêt à signer le contrat proposé si et seulement si les noms des 300 demandeurs d’emploi étaient dévoilés afin de les convoquer et de leur assurer un suivi personnalisé. Une demande qui pose problème par rapport au caractère secret de l’affiliation syndicale. Les militants de la FGTB wallonne ont donc décidé d’en débattre prochainement afin de décider de la meilleure attitude à adopter.
 
Affaire à suivre…