Vous êtes ici

Les mots d'actu #1 : Les erreurs de De Block

Tout le monde a droit à l’erreur.

Mais quand il s’agit des résultats d’une politique délibérée, qui met en péril la vie des gens, il ne suffit pas de s’excuser... il faut changer de cap pour ne plus que cela se reproduise!

Décider de brûler le stock de masques et de ne pas le renouveler illustre la vision libérale de la sécurité sociale: privatiser les profits (pour les multinationales pharmaceutiques) et collectiviser les pertes en faisant peser les risques sur la population.

Je siégeais au comité de gestion de l’Inami (branche santé de la sécurité sociale) lorsque De Block était ministre de la santé. À plusieurs reprises, j’ai refusé d’approuver le budget. Souvent totalement isolé. En évoquant le fait qu’il n’était pas acceptable qu’on coupe dans les soins de santé, en faisant prendre des risques énormes à la population, alors que l’industrie pharma s’en mettait plein les poches. Je me souviens bien des réactions méprisantes du représentant du cabinet de la ministre, reprochant l’attitude négative de la FGTB... un certain Pedro Facon, l’actuel commissaire corona du gouvernement fédéral...

Les excuses ne suffisent pas. C’est changer de cap qu’il faut. Et virer à bâbord...

Jean-François Tamellini, samedi 24 avril 2021