Vous êtes ici

Régionaliser, pour quoi faire ?

Ce lundi 9 novembre, Thierry Bodson, Secrétaire général de la FGTB wallonne, s’est exprimé sur l’avenir institutionnel du pays. Pour la FGTB wallonne, pas de doute : l’avenir est à un fédéralisme basé sur les Régions.

Qu’on ne s’y trompe pas : la FGTB wallonne ne prône pas le repli sur soi ou la rupture de solidarité entre les citoyens du pays. Loin d’un régionalisme identitaire ou romantique, les orientations de la FGTB wallonne reposent avant tout sur une vision pragmatique des choses. Aujourd’hui, les compétences de la Communauté française pourraient aisément être transférées aux Régions. Ce transfert permettrait d’adapter au mieux les politiques concernées aux spécificités wallonnes et bruxelloises, d’en augmenter l’efficacité mais également d’assurer une meilleure cohérence avec les politiques déjà mises en œuvre au niveau régional.

Pour certaines compétences, comme l’enseignement, il sera évidemment nécessaire de mettre sur pied une coupole bi-régionale chargée des matières nécessitant une co-gestion. Il s’agit d’éviter des situations différenciées entre Bruxelles et la Wallonie en matière de statut ou de barème des enseignants, de normes concernant le tronc commun et les diplômes, de subventionnement vers les régions, etc.  Dans d’autres domaines, comme les universités, on pourrait également instaurer des structures administratives temporaires permettant une co-gouvernance par les deux Régions. Celles-ci permettraient d’agir par phases, tout en prévoyant, à terme, une régionalisation totale.

Ces positions sont l’aboutissement de travaux et de débats internes qui animent notre organisation depuis plus de 50 ans. En 1956, le mouvement syndical prônait déjà, sous l‘impulsion d’André Renard, d’importantes réformes de structure et la réappropriation, par les Régions, d’outils socio-économiques. Le Congrès de la FGTB wallonne a revendiqué, dès 1980, un fédéralisme basé sur les régions. Le Congrès extraordinaire de 2013 fut également l’occasion de se positionner face à la 6ème réforme de l’Etat et à l’avenir institutionnel du pays. Un Congrès qui avait permis de répertorier l’ensemble des revendications institutionnelles de la FGTB wallonne prises en la matière, d’en faire la synthèse et d’élaborer un programme pour le redéploiement socio-économique wallon.