Vous êtes ici

Les réserves de la SRIW, de la Sogepa et de la Sowalfin ne sont pas le bas de laine du Gouvernement wallon…

La rentrée du Gouvernement wallon sera axée sur le transfert de nouvelles compétences à l’occasion de la 6ème réforme de l’Etat et sur les objectifs du plan « Horizon 2022 ». Les 5 et 6 septembre prochains, il se réunira pour poser des choix stratégiques et la FGTB wallonne ne peut que se réjouir de toute avancée en la matière.

Nous sommes cependant surpris d’entendre le Ministre Nollet déclarer que le Gouvernement wallon pourrait mobiliser les réserves de la SRIW, de la Sogepa  et de la Sowalfin dans le cadre de politiques générales.

Nous sommes d’autant plus surpris qu’une note sur le repositionnement des outils régionaux de financement fait l’objet d’une première discussion au sein du Gouvernement wallon.

La FGTB wallonne s’oppose à ce que ces moyens soient confisqués aux outils économiques pour être utilisés à d’autres fins. Ces outils spécifiques sont complémentaires (développement économique wallon via le soutien aux entreprises wallonnes) même s’ils répondent à des missions distinctes : la SRIW accompagne les grandes entreprises en croissance, la Sowalfin octroie des crédits et des garanties aux PME et la Sogepa intervient dans les entreprises en difficulté et assume la présence de la Région dans le capital des entreprises sidérurgiques. Depuis l’éclatement de la crise économique, l’accès au crédit bancaire s’est considérablement restreint pour beaucoup d’entreprises wallonnes. Les trois outils visés ont donc plus que jamais besoin de tous leurs moyens pour remplir leurs missions ciblées de soutien au développement économique de la Région.

Pour plusieurs raisons, nous estimons que la proposition repose sur une analyse sommaire et superficielle :

  • Une telle diminution de la trésorerie de ces trois outils économiques ne permettrait plus de pouvoir répondre aux demandes des entreprises wallonnes qui ont vu leur accès au crédit fortement réduit suite à la crise financière (pourtant provoquée par les banques elles-mêmes).
  • La SRIW participe déjà depuis quelques années au redressement du budget wallon via le versement d’un dividende annuel à la Région wallonne. Le montant global des dividendes versés ces 8 dernières années s’élève à 300 millions d’euros.
  • Une partie de la trésorerie de la Sowalfin provient de moyens européens qui sont strictement réservés au soutien aux PME. Cette trésorerie ne peut, en aucun cas, être destinée à autre chose, sous peine de s’exposer à de lourdes sanctions financières.

Le ministre Jean-Marc Nollet a récemment déclaré que ces trois outils avaient une « conception assez défensive » de leur mission et qu’ils ne devraient « pas seulement être là pour éviter les faillites. La FGTB wallonne est membre des comités d’orientation de ces trois outils ; à ce titre,  il nous semble que cette analyse est, pour le moins, assez réductrice du rôle que ces outils ont dans l’activité économique de la Région.

Par ailleurs, une des idées évoquées par le Ministre Jean-Marc Nollet est de mettre l’accent sur les énergies renouvelables et la diminution de la consommation énergétique. Ce qui reviendrait à déforcer les outils économiques pour financer des primes individuelles qui profitent principalement aux ménages les plus aisés.

Enfin, la FGTB wallonne sera toujours partie prenante d’un plan économique et social à long terme pour la Wallonie et appuie, par exemple, la proposition qui est faite de mobiliser l’épargne publique dans le cadre d’une relance économique de la Région. Mais elle ne peut que se lasser des effets d’annonce et autres fausses bonnes idées non concertées. Il y a urgence mais la précipitation n’a jamais été une solution.