Vous êtes ici

Vous avez dit injuste ?

Une fois de plus, le gouvernement Michel s’attaque aux plus faibles. Cette fois, c’est aux sans emploi victimes de difficultés sociales et familiales qu’il s’en prend !

Depuis le 1er janvier, les chômeurs ne peuvent plus bénéficier de la dispense de recherche d’emploi pour s’occuper d’un enfant ou d’un membre de leur famille malade. Une injustice de plus envers les chômeurs, dont une écrasante majorité de femmes.

L’exemption pour raisons sociales et familiales avait été instaurée pour permettre à certains chômeurs de se mettre en retrait du marché de l’emploi pour une période déterminée (de 6 mois à 6 ans) afin de s’occuper de l’éducation d’un enfant ou encore d’un proche gravement malade. Une mesure à l’image de certains crédits-temps et interruptions de carrière dont peuvent bénéficier les travailleurs actifs.

Cette dispense concernait, en moyenne, 6.000 à 7.000 personnes en Belgique. Parmi celles-ci, près de 95% de femmes qui ne percevaient qu’une allocation au rabais de 215 ou 265 €/mois.

Pour tenter de se justifier, le gouvernement actuel invoque des impératifs budgétaires. Kris Peeters explique ainsi qu’il espère économiser, dès 2015… 6 millions € ! Un montant dérisoire au regard des milliards que font perdre à l’Etat la fraude fiscale ou une mesure comme les intérêts notionnels.

Une chose est sûre, le gouvernement déploie toute son énergie pour détruire méthodiquement, petit bout par petit bout, notre système d’assurance chômage. Et dire que cette énergie pourrait servir à lutter contre les véritables scandales qui font perdre, chaque année,  des milliards d’euros à la collectivité…

Fort envers les faibles, faible envers les forts... Vous avez dit injuste ?