Vous êtes ici

1er mai

L’ensemble des photos de cette rubrique sont libres de droits et d’utilisation, à condition d’en mentionner la source.

Embedded thumbnail for 1ER MAI 2021 : FAIRE BOUGER LES LIGNES... VERS LA GAUCHE !
Mai 2021

Message de Jean-François Tamellini, Secrétaire général de la FGTB wallonne, à l'occasion du 1er mai 2021, Journée internationale des travailleuses et des travailleurs. " En ce 1er mai 2021, je (…)

" En ce 1er mai 2021, je rends hommage, au nom de la FGTB wallonne, à celles et ceux qui, il y a 100 ans, nous ont ouvert la voie. En nous montrant que c’est en se mobilisant, en recréant un rapport de force favorable aux travailleuses et travailleurs, en refusant le chantage patronal, qu’on peut faire bouger les lignes. Vers la gauche." Message de Jean-François Tamellini, Secrétaire général de la FGTB wallonne, à l'occasion du 1er mai 2021, Journée internationale des travailleuses et des travailleurs.

Jeudi 30 Avril 2020

C’est reparti : à partir de ce lundi 4 mai, le travail reprend dans de nombreux secteurs d’activité. Et ce alors que pour de très nombreux travailleurs et travailleuses, toutes les garanties ne sont pas réunies pour une reprise dans des conditions de sécurité optimales. Le gouvernement serait-il donc plus sensible aux violons des entreprises et des fédérations patronales qu’aux priorités sanitaires et sociales? Voici l’analyse de Thierry Bodson, Secrétaire général de la FGTB wallonne, qui appelle au respect de toutes et tous, à des mesures fortes et à un changement de cap radical.

Si on les laisse faire, ils vont recommencer. Ils vont tenter de nous renvoyer bosser au mépris du danger. Ils vont tenter de nous faire payer la crise, comme en 2008, comme à chaque fois. Il faut en finir avec ce « monde d’avant ». Voici, à l’occasion de ce 1er mai confiné mais pas résigné, quelques piqûres de rappel en vidéo avec Thierry Bodson, Secrétaire général de la FGTB wallonne.

Embedded thumbnail for On recommence tout comme avant, ou on leur dit merde ?
Avril 2020

Si on les laisse faire, ils vont recommencer. Ils vont tenter de nous renvoyer bosser au mépris du danger. Ils vont tenter de nous faire payer la crise, comme en 2008, comme à chaque fois. Il faut en (…)

À quelques jours du scrutin électoral du 26 mai, la FGTB wallonne célèbrera la fête du Travail dans toutes ses Régionales. Le discours syndical sera évidemment politique et radicalement ancré à gauche. Dans un contexte où la FGTB est la seule organisation syndicale à avoir refusé le projet d’Accord interprofessionnel, où le droit de grève est sérieusement remis en cause par les gouvernements wallon et fédéral, où la contestation sociale a occupé l’agenda 2018 et continue de s’organiser en 2019, les enjeux sont primordiaux pour le monde du travail.

Comme chaque année, le 1 er mai est l’occasion, dans chaque Régionale FGTB, de se rassembler autour de valeurs et revendications communes, d’échanger et débattre, de préparer de nouveaux combats mais aussi de faire la fête en musique ! Débats, repas, concerts, activités sportives et culturelles… Retrouvez le programme de la Fête des travailleuses et travailleurs près de chez vous.

On a parfois tendance à l'oublier mais un coup d'œil dans les livres d'Histoire suffit à nous le rappeler : le progrès social ne va pas de soi. Livrés à eux-mêmes, hors de contrôle, le capitalisme et la "loi" du marché ne laissent aucune place aux avancées sociales. Seule l'action collective permet l'amélioration des conditions de travail et de vie de toutes et tous. C'est cette réalité que les militantes et militants de la FGTB entendent rappeler en ce jour du Premier Mai.

Journée des 8h, suffrage universel, sécurité sociale, enseignement libre et obligatoire, droit de grève, congés payés, services publics… Aucune de ces conquêtes démocratiques n'est tombée du ciel. Le progrès social ne fut possible que grâce aux mobilisations et aux luttes des travailleuses et travailleurs. Ce 1er mai, comme chaque année, les militant-e-s de la FGTB wallonne se réuniront pour s'en souvenir, débattre de l'avenir et faire la fête dans les différentes régionales.

Cette année, la fête du 1er mai se déroulera dans un contexte lourd… Attentats terroristes, politique austéritaire du gouvernement Michel et provocations permanentes d'une droite extrême de plus en plus décomplexée, ce climat nauséabond ne doit pas nous pousser à la résignation. Au contraire !