Vous êtes ici

régularisation

L’ensemble des photos de cette rubrique sont libres de droits et d’utilisation, à condition d’en mentionner la source.

Jeudi 17 Décembre 2020

Ils et elles sont infirmiers, infirmières ou aides-soignant.e.s.
Ils et elles vivent en Belgique, parfois depuis de nombreuses années.
Ils et elles voudraient pouvoir prêter main forte à leurs collègues des soins de santé, débordés, épuisés par des mois d’urgence sanitaire.
Ils et elles ne peuvent pas le faire. Interdit. Pourquoi ? Parce qu’ils et elles sont « sans-papiers ».
Pour la FGTB wallonne, il est possible d’agir, rapidement.
La solution : le permis unique.
Et plus largement : la régularisation collective des sans-papiers, pour les sortir enfin de la situation indigne qui leur est imposée.

On en parle avec Jean-François Tamellini, Secrétaire général de la FGTB wallonne, qui revient également sur le « procès de classe » lié à la mort tragique de la petite Mawda.

Aujourd'hui, en Belgique, 150.000 personnes vivent sans aucun statut ni droit. Leur seul tort ? Ne pas avoir vu leur séjour reconnu légalement. 150.000 personnes invisibles et sans reconnaissance sociale. Ce dimanche 10 juin, ils ont décidé de sortir de l’ombre. Rejoignons-les pour exiger une régularisation selon des critères clairs et une commission permanente d’analyse des demandes. Rendez-vous ce dimanche 10 juin, à 14h, gare du Nord (Bruxelles).

Note

La FGTB wallonne se positionne sur la politique d’immigration. Elle réitère sa revendication pour la mise en place d’une commission permanente et indépendante de régularisation qui doit se baser sur des critères clairs afin d’éviter des décisions arbitraires.