Vous êtes ici

titres services

L’ensemble des photos de cette rubrique sont libres de droits et d’utilisation, à condition d’en mentionner la source.

Jeudi 25 Février 2021

« Un Accord interprofessionnel qui validerait 0,4 % maximum d’augmentation de salaire ? Pour moi qui suis aide-ménagère, ça représenterait 3,6 euros bruts par mois.

C’est scandaleux de se faire traiter comme ça. Sans parler de la pénibilité, de la précarité, des conditions de travail dans le secteur des titres-services. On ne doit pas les laisser faire. »

Journée d’actions syndicales en front commun ce vendredi 25 février. A Liège, rencontre avec Marie-Virginie Brimbois, déléguée syndicale de la Centrale générale FGTB.

Deux mois, c’est le temps qu’il aura fallu au Gouvernement wallon pour accoucher d’une formule qui permette aux travailleuses des titres-services de ne pas perdre leur salaire. Depuis mars, elles sont pour la plupart en chômage temporaire, avec une allocation moyenne de 560€. Déjà privée de l’augmentation salariale de 1,1% (AIP) et de la compensation de 2€/h (accord sectoriel que Federgon refuse de signer), ces travailleuses de l’ombre, essentielles pour bien des ménages, sont en train de plonger dans la précarité. Deux mois, c’est surtout le temps qu’auront mis les fédérations patronales pour obtenir la garantie de se sucrer grassement au passage. De manière totalement scandaleuse.

Un documentaire qui met en lumière huit femmes, employées dans le secteur des Titres-Services, qui nous parlent de leur quotidien de « femme de ménage », comme on le dit encore souvent. Un éclairage nécessaire sur ce secteur, deuxième employeur le plus important de Belgique, à découvrir dans 5 villes wallonnes et à Bruxelles.

Note

L’amélioration des conditions de travail dans le secteur des titres-services passe notamment par des corrections et des adaptations des critères d’agrément. Pour les interlocuteurs sociaux du secteur, la régionalisation de cette matière peut être un levier fondamental pour réaliser les évolutions nécessaires. La FGTB wallonne y ajoute d’autres revendications permettant d’améliorer la durée et la qualité de l’emploi dans ce secteur.